Accueil > Description du projet scientifique > Sport,Innovations et Communication
 
Samedi 18 novembre 2017

FSSEP
9, rue de l'Université
59790 - Ronchin
Tél. : +33 (0)3 20 88 73 50
Fax : +33 (0)3 20 88 73 63
mailContact

Sport, Innovations et Communication

Contexte et positionnement du projet

Le XXe siècle témoigne de l’évolution rapide de la place qu'occupe le sport au sein de la société, inspirant ainsi de nombreuses innovations quelles soient techniques, marchandes, industrielles et médiatiques. Cette inscription massive et contemporaine du sport s’inscrit également dans un processus d’industrialisation de la communication (au sens T.W. Ardono, W. Benjamin), qui apparaît alors souvent comme un élément « déconstructeur » de son essence et génère de nombreuses analyses, scientifiques et journalistiques. Françoise Papa (1996) rappelle que dans ce cas  “l’on retrouve la rhétorique classique du progrès et de la perversion, basée sur la naturalisation du phénomène sportif, et particulièrement du sport médiatisé“, mettant en parallèle une autre forme de « naturalisation », celle de la communication au sens de Philippe Breton (1992). Pour  ce dernier, l’idéologie communicationnelle véhicule des valeurs de maîtrise individuelle, d’égalité immédiate, de transparence. En réalité, les vocations multiples assignées au sport ont conduit à la diversité de ses ressorts communicationnels. Dans cet univers d’appropriations différenciées, le sport devient un support promotionnel et renvoie à différentes innovations d’ordre industriel, social, politique et médiatique. Il s’agit alors d’innover et de dépasser une approche instrumentale de la communication et une approche événementielle du spectacle pour identifier le rôle structurant du sport dans un univers communicationnel innovant, engageant la responsabilité des différents acteurs intervenant dans ce processus.

Description scientifique et technique

1.État de l'art

Innovation: notre projet s’inscrit dans une double perspective : diachronique et synchronique qui se distingue en 4 phases. La phase de recherche-développement des techniques questionne obligatoirement les conditions culturelles et médiatiques présentant un environnement favorable à l’émergence d’une technique. La deuxième période pose la question des principes d’utilité et de reconnaissance de cette technique. La phase d’innovation-utilisation/extension permet d’interroger d’une part, une première logique de diffusion, dans laquelle les médias apparaissent des acteurs incontournables et participent à l’ajustement et l’amélioration, mais également les conditions et les éléments d’une recherche d’efficacité. Enfin, la dernière étape de démocratisation pose tout à la fois la question de la standardisation des techniques et de son appropriation.

Au regard de ce processus de socialisation, les concepts d’innovation et de communication apparaissent particulièrement pertinents pour préciser la compréhension des évolutions scientifiques et techniques des activités physiques. Il apparaît que depuis ses origines, le sport est marqué par sa capacité à s’inscrire pleinement dans une contemporanéité, cette articulation innovation-communication interroge également les enjeux actuels. En abordant le concept d’innovation à partir de ses dimensions axiologiques, structurelles et conceptuelles, il apparaît possible de mettre en évidence un certain nombre d’invariants structurels et de déterminant conjoncturels. Cette première analyse offre la perspective d’observer les enjeux d’acteurs dans ce processus d’innovation en interrogeant plus particulièrement les conditions de sa diffusion, en termes de traitement de l’objet diffusé et organisation idéologique et conceptuelle des informations. Cette réflexion apparaît alors une des conditions pour observer l’identité de ses innovations à travers les conditions héritées, souhaitées, revendiquées et subies de celles-ci.

Enfin, les innovations conçues tout à la fois comme un produit et un processus suppose d’aborder les influences réciproques de celles-ci sur l’environnement médiatique, économique et marketing en considérant qu’elles impulsent des évolutions mais aussi qu’elles sont le résultat d’évolution.

La question de la communication ne doit pas dans ce cas, se réduire à l’usage d’outils, elle s’articule en réalité sur trois dimensions. D’abord la technique. Celle-ci, du téléphone aux médias et à Internet, est omniprésente dans tous les rapports, publics ou privés. Ensuite l’économie. La révolution technique n’est rien sans l’expansion considérable des industries de la communication, fer de lance aujourd’hui de la mondialisation. Enfin les conditions sociales et culturelles qui conditionnent les manières de communiquer. (Dominique Wolton). Conformément aux travaux de l’ISCC (Institut des Sciences de la communication du CNRS), notre projet répond à trois exigences, il est à la fois un objet théorique interdisciplinaire (économie, marketing, sciences de la communication, histoire…) il doit contribuer à la construction d’une théorie de la connaissance et ceci en interaction avec une société de l’information et de la communication.

2. Objectifs et caractère ambitieux/ novateur du projet

 

Les spectacles sportifs, dès lors qu’ils sont médiatisés, deviennent des producteurs de sens et de représentations impactant de ce fait, l’espace public (au sens d’Habermas), au moyen de mises en scène d’idéologies sportives, industrielles, politiques et sociales. Ces mêmes spectacles sont aussi traversés par des enjeux liés à la commercialisation de produits et de services (le spectacle sportif médiatisé pouvant en constituer un). Les innovations technologiques entraînent également l’émergence et le développement de nouvelles logiques marketing. Elles sont notamment à l’œuvre dans les interactions entre les marques et les pratiquants sportifs. Citons par exemple : le marketing expérientiel ou le marketing des communautés

  • L’un des enjeux est de construire une articulation entre la recherche et nos formations qui destinent à faire de nos étudiants des acteurs compétents dans le sport, soumis à des mutations permanentes et structurées autour de valeurs présupposées. Les recherches que nous devons développer doivent également permettre des aides à la prise de décision, à destination des pouvoirs sportifs et/ou politiques.
  • Construire une identité dans le champs des STAPS, et ainsi éviter toute redondances avec d’autres lieux de recherche, inscrivant également notre démarche dans une perspective innovante sur le long terme.
  • Le sport, objet de pratiques, de spectacles de politiques publiques…, s’apparente à bien des égards à une  forme symbolique de la culture puisque il renvoie souvent à un sacrifice rituel, à un affrontement, à une odalie, ensuite que le sacré, malgré ses formes diverses, s’inscrit bien dans des catégories universelles, enfin que toute histoire racontée obéit obligatoirement à des lois strictes. En effet, le sport constitue un espace de codifications et de régulations, il est universel au moyen de ses valeurs présupposées et il expose les vertus hiératiques de la pratique et du spectacle sportif. Jean-Jacques Wunenburger qui précise que : “les sociétés ne parviennent à instituer une organisation et une vie politique qu’en relayant, complétant, innervant leurs exigences, principes, modèles et normes rationnels par des croyances mythico-symboliques, par des actions à connotation ludique, par des inventions de fictions“. Le sport, sa pratique et son spectacle ne peuvent, en aucun cas, être appréhendés sous l’angle d’un univers prosaïque, apolitique et idéologiquement neutre, il est en réalité porteur de représentations qui engagent la responsabilité de l’ensemble des acteurs qui interviennent dans ce que l’on appelle génériquement le sport.

3. Programme scientifique et structuration du projet

Ce processus communicationnel se structure autour de logiques d’innovations permanentes et de promotions multiformes, où interagissent les enjeux et les contraintes du mouvement sportif, du monde économique, de la puissance publique et des médias, l'ère de la communication postmoderne recomposant cet univers de relations (individus-citoyens, spectateur-téléspectateur, producteur-consommateurs, spectacle in situ-spectacle in visu, tribus-communautés, sphère publique-sphère privé…).

L’interaction sport – communication – innovations sera appréhendée selon différents modes d’entrées complémentaires:

  • L'angle médiatique s'intéresse à la construction du spectacle sportif médiatisé qui de l’émergence de la presse écrite jusqu’aux médias électroniques, s’inscrit dans une contemporanéité industrielle, sociale et politique. Il est également le résultant d’interactions entre des innovations technologiques continues et des promotions médiatiques polymorphes. Il est également polysémique, puisqu’il est un producteur de sens et de représentations symboliques contextualisés. Notre intention est alors d’identifier les indicateurs (invariants structurels, déterminants conjoncturels) composant son identité générique. Le direct sportif répond-il à ces mêmes exigences communicationnelles ? Comment le processus d’industrialisation des programmes recompose le direct sportif, le laissant alors apparaître comme un produit de consommation et révélant de ce fait, un nouvel univers de sens qui engage la responsabilité sociale des journalistes ?  Comment les processus d’appropriation-reconstruction du spectacle vivant conduisent à de nouveaux ressorts communicationnels ? Dans cette même perspective, comment l’émergence des médias numériques, redéfinit les règles et les enjeux médiatiques, face aux nouveaux défis technologiques et à la transformation des modes  de production et d’accès à l’information.
  • L'angle marchand entend approfondir la compréhension des interactions entre les entreprises de services et de biens sportifs et leurs consommateurs (TV, distributeurs, organisateurs d'événements sportifs). Comment se développent les relations entre les marques sportives et leurs consommateurs ? Les méthodes marketing innovantes seront tout particulièrement étudiées dans le secteur des biens et des services sportifs en étudiant les relations sous l’angle communicationnel et marchand. L’objectif est de comprendre comment se développe le marketing des objets sportifs, quels sont les modes de communication ou d’interactions à l’œuvre dans les relations entreprises-consommateurs, les comportements observés sont-ils spécifiques au secteur sportif 
  • Les stratégies communicationnelles sont aussi liées aux structures qui accueillent les services sportifs : événements sportifs, territoires pour le tourisme sportif, la reconversion des territoires. Selon cette perspective, nous étudierons aussi les relations entre les équipements sportifs et les décideurs, notamment par rapport aux stratégies des acteurs publics et privés en termes de conception et d’emploi dans les secteurs liés aux événements et au tourisme sportif.